14/04/2010

Coming out



J' ai ouvert ce blog il y a deux ans à cause de ses livres.
J' y reviens par amour à cette écriture-là.

La force de ses mots dans les miens. Je prends tout, je dérobe la clé, je lis tous les livres, l’un séjourne en cuisine, l’autre dans la table de nuit, celui-là est pour le train.
Je me gave de son écriture jusqu’à satiété, parce que je fonctionne ainsi, je sais que je recracherai tout, autrement. Je me noie de ses mots, j’en tombe amoureuse. Ils m’harponnent, m’agressent, désarticulent ma pensée, son corps va vite à écrire, il est un débit urgent.
Lire l’écriture de l’autre c’est épouser son souffle, son tempo, et celui-là m’essouffle avec un réel plaisir, dès la page ouverte je reprend la course.
Acte sensuel , sexuel. On lit pour se lire. On grimpe jusqu’à la moëlle épinière, le noyau de la forme, l’écrivain sculpte, rythme la page, la pensée, surtout la pensée. J’avoue, j’emprunte, j’emboîte le pas jusqu’au sommet.

Billet 2008

Aucun commentaire: