15/04/2010

Hommage: Werner Schroeter



Cinéaste, metteur en scène intransigeant avec son monde sensible, no pudeur, no censure.
Werner Schroeter s' est éteint hier à 65 ans.

J' ai pris une sacrée raclée après avoir vu "Deux" au cinéma, en 2002. La mise à nu totale et impudique de l'image face à une actrice qu'il plonge dans ses fantasmes les plus saugrenus, où elle apparait pratiquement à chaque plan.
Une sorte d'overdose artistique amoureuse complètement assumée. Une folie.

La caméra ou l' objectif se doit d'être un oeil sexué, "il y a des cadreurs dont la caméra est asexuée !", ça filme sans désirs, les images ne véhiculent rien qui s' apparente au désir. W.Shroeter lui, c'est tout l'inverse, puissance 1000 !

Propos du cinéaste:

"C'est quand même plus intéressant de se transformer que de se reproduire"

"Pourquoi prendre un chemin direct quand on peut faire des détours ?"
(citant Baudelaire)

" Je n'aime pas beaucoup les témoignages directs, je préfère les ellipses, les dérives.

"La capacité à toucher à des frontières en soi ne rejoint pas forcèment la question de l'identité sexuelle. Mais la dualité y est tout le temps présente."

7 commentaires:

É. a dit…

Rip.

laurence a dit…

Sa passion des divas m'enchante mais je n'ai vu aucun de ses films...à découvrir queerment

Laure K. ( del sol ) a dit…

@E
... ? mais encore

@Laurence
J'en découvrerai bien d' autres aussi..."queerement" !!

É. a dit…

Beeeh, non rien. Pas vu ses films, j'aime moins le ciné que jadis. Mais touché parce que tu as écrit. Alors, comme il t'a touchée, je suis touché et je dis : « en paix repose, vieux ».

:0/

Appels d'air a dit…

>j'ai coutume de dire : je pleure avec la famille. C'est vrai,
Baltha

laurence a dit…

traduction "bizarre"

Laure K. ( del sol ) a dit…

@Appel d' air
Ah contente de vous y compter !
:-)

@Laurence
Tu fais allusion à la traduction du mot "rip" ... t'étonnant, non?