05/04/2010

Instantané

Faire le portrait de quelqu’un n’est en vérité que tendre un miroir à l’autre, à priori pour qu'il s'y mire, mais à fortiori pour qu'il s'y découvre.
Il y a aussi les portraits qu'on acceptera en aucun cas.
Et puis vient le jour où l'on ne se renvoie plus rien ...


Portrait de Galienni par laure K. (argentique, 9x13cm, 2003)

Cette photo est prise au matin du premier jour de l’année 2003 : un instant d’année.
J ’aime cette photographie là, parce que j ’y sens une quiétude de début de journée, dans cette clarté naissante et cet entre deux portes qui me sert de support pour encadrer Galienni. J’y lis également le regard rieur et le sourire complice de celui qui a déjà senti depuis 1/100 ème de seconde l’objectif sur lui. Enfin, j ’aime ce fauteuil de velours bleu, dans lequel se love calmement l’esprit fatigué de l ’artiste ... Ce matin là, le faux bourgeois de la rue des Lyanes, n’avait plus de quoi payer son ticket de métro.

4 commentaires:

Appels d'air a dit…

Galienni aujourd'hui ...?
Baltha

Laure K. ( del sol ) a dit…

@balta
on s' est affranchi -

helenablue a dit…

Joli portrait!

Laure K. ( del sol ) a dit…

@ Helena
un instant volé, chippé, gravé...un peu nostalgique des échanges avec l'ami d'hier... en manque de brainstorming créatif !
mais pas d'inspir !
bien à toi Blue