26/09/2010

La Mode



Qu'est-ce que la Mode ?

Du raffinement de la coupe, de la mise en forme à partir de la forme, un habit qui réintègre l'esprit au
corps ?

Yves Saint Laurent n'évoquait pas l'élégance mais prônait la séduction. 
Création  à partir de silhouette en mouvement plutôt que sur mannequin de bois.

Sociologiquement parlant, je comprends de mieux en mieux l'intérêt pour le phénomène.

Lorsque parait une tendance elle ne descend pas de nulle part, elle est l'air du temps, elle est un constat.
Retrouver "le sac cartable"où fermeture, rabat, rigidité, compartiments, tient lieu d'un symbole en rapport peut-être avec ce qu'on nomme une "politique de rigueur". Il n'est pas si futile ce constat. Il se porte en bandoulière dans la vie de chaque jour.

est-ce cela la Mode ?

Et est-ce justement réinventer le contraire de l'esprit en route ? La mode a deux ou  trois ans sur la véritable évolution d'une société, parait-il. Alors qu' on se le dise, la rigueur, le quatre épingles revient au galop.

7 commentaires:

laurence a dit…

Elle est une anticipation unpeu comme le cerveau anticipe le mouvement et met chaque muscle en condition avant d'effectuer...

Laure K. a dit…

@Laurence
Je viens seulement de l'entendre laurence, tout est à rebours parfois !

helenablue a dit…

Pour moi, la mode, c'est le mouvement...
Entre autre!
:-)

Tailleur d'Images a dit…

Pour moi, la mode c'est une aspiration commune à incarner un certain idéal. Une façon de se penser en tant que femme, et de se représenter.

Incroyable, cette timidité ! Quel âge avait-il ? On dirait un enfant...

Laure K. a dit…

@Helenablue
c'est cela... et autrement, il faudrait que je creuse le sujet !

Laure K. a dit…

@Tailleur d'images
je me méfie pourtant des aspirations "communes", rien ne m'effraie plus que le "comme tout le monde"...

St Laurent était je crois d'une timidité maladive.

Mik a dit…

La mode, comme un mouvement oui, et plus encore je dirais des boucles, des cycles, des va-et-vients au passé avec au présent le passé revisité et différent. En écrit, cela peut être l'intertextualité :-) Jamais mort, jamais achevé, qui est nourri perpétuellement et offre différemment, après digéré.