17/01/2011

Versailles promptement


Château de Versailles à la tombée de la nuit...

...  les scalps rentrent sous tentes et sans hosties royales, la gorge bien remplie de mets et de vins, et pas à pas regagnent la cour...

- Oh mais le temps n'est pas à poétiser, chère amie, franchement vous allez l'avoir vo'te révolution, Dieu sait quand... Dieu sait quand... mais nous pas ! c'tout !

- Oui, peut être bien... mais  pour le moment tout est aussi calme que cette eau miroir, lécheuse d'âmes en manque de mélancolie, singeant les poètes, défiant les grimoires clinquants. A sa simple vue on peut devenir chantant, non ? ... elle répand l' esprit dans une vasque d'eau. Une vasque d'eau avant l'oubli.

- Après le vin surtout ! week-end sanglant ! s'agirait pas d'oublier...

- Quand tu auras fini de laminer le beau, appelle-moi je te prie avec ton spacial phone !
  Deux minute d'arrêt sur le sablier, est-ce possible ?!

15 commentaires:

lilasvb a dit…

j'ai beaucoup aimé votre commentaire sur mon blog! merci de ce soutien!
bouger, oui, ça aide pour tout!
alors bougeons

le bourdon masqué a dit…

lacrymale ce canal surtout écrasant.
Comme ce laminoir dégueulant sa langue d"acier, bavant ce liquide pour refroidir ses rouleaux.
Sidérante sidérurgiste sidérale.
Il n'y a pas loin de la croupe aux lèvres.
Bzzz...

manouche a dit…

Lourd ,tout de mercure...

Laure K. a dit…

@lilasvb
Une amie de l'île Maurice avait cette expression étrange de "bouger fixe" pour désigner le flemme, j'ai l'impression qu'on passe beaucoup de temps par computer interposé à "bouger fixe" parfois.

Laure K. a dit…

@Le bourdon masqué
sidérurgie lourde... mais j'aime la gamme des gris tout de même.
Aujourd'hui c'est fog, vue de ma fenêtre, un arrière goût de Liverpool, je trouve... winter is coming back ?

Laure K. a dit…

@manouche
comme un miroir sans teint...

LN a dit…

Cette eau brillante aux reflets noirs, un Malbec de Cahors...sous les étoiles menthe glaciale, le cuir à caresser, la matière à attendrir, l'oxygène à cheval de cape et d'épée...j'en ai l'eau à la bouche...
Avant pendant après, le vin toujours...
Combien de minutes le sablier?

Laure K. a dit…

@LN
Cadre noir et Saumur pendant que vous y êtes ! ... combien de minutes ?
l'éternité de l'instant.

LN a dit…

Trop rigide pour moi :-)
Un instant qui s'étire, s'étire, s'étire...? que j'aimerais avoir ce pouvoir là...agrandir les moments de délice...

Laure K. a dit…

well... mee too ! je crois qu'avec un bon entrainement de lâcher prise c'est possible. Apprendre à se fondre dans l'instant, that is câlisse !:-)

le bourdon masqué a dit…

L'aigri gris.
;-)

Appels d'air a dit…

Alors vite fait, on dit qu'à Versailles ça ne sentait pas le jasmin.
Baltha
P.S. Le "grand siècle" me fait un peu froid dans le dos.

Laure K. a dit…

@le bourdon
;)

Laure K. a dit…

@Baltha
Point de jasmin et de plus les jardins sont habités par des sculptures fantomatiques recouvertes de drapées plastifiés vert...assez sombre comme paysage je dois dire.

Il y a des âmes qui rôdent, on ne peut s'en départir en longeant les allées.
Je n'aurais pas aimé manqué de pain à ce point, qui sait... ce qui me fait froid dans le dos: j'ai rêvé que si le FN passait un jour au pouvoir, je quitterai famille et terre natale sur le champ. C'était un cauchemar, pas un rêve.

helenablue a dit…

Une sorte de dilution dans cette eau là pour moi aujourd'hui, proche de l'extase alors qu'hier elle me paraissait marécage... comme quoi notre état d'âme influe sur notre regard, tout comme l'amour d'ailleurs!
Se fondre dans l'instant , oui, il n'y a que ça qui compte pour être en contact avec le fond de soi-même...
J'aime cette sensation qu'elle soit belle ou cruelle!