16/03/2011

Tout est sous contrôle

mardi 15 mars 2011, par Hervé Le Crosnier

Alors que les secours continuent de risquer leur vie autour de la centrale de Fukushima, alors que les ouvriers et ingénieurs sur place ont déjà reçu des doses de radiations qui mettent leur avenir en danger et viennent d’abandonner le terrain, alors que les deux derniers réacteurs de la centrale, pourtant à l’arrêt, semblent prêts à rejoindre ceux dont le cœur a commencé à fondre, il est déjà temps de se poser quelques questions sur le fonctionnement de l’information et de la communication mondiale depuis cinq jours.

La « communication de crise » est un art difficile : comment éviter de paniquer les populations, tout en respectant l’exigence de vérité ?

Comment anticiper suffisamment pour comprendre le fil des événements, tout en se référant aux faits établis ? Enfin, comment mesurer l’impact de l’information sur les récepteurs situés en dehors de la zone de crise ?
Les secteurs industriels à l’origine de la crise craignent évidemment un impact durable de ce type d’accident.

A écouter les médias ces derniers jours, une première question vient à l’esprit : pourquoi la dénégation est-elle le modèle standard de l’information de crise ?

La suite

4 commentaires:

Jean-François Thibaud a dit…

Quel texte de Le Crozier. Merci

Yvan a dit…

En effet.Merci Laure.
C'est clairement la faillite
du complexe médiatico-techno-industriel.

Laure K. a dit…

@Jean-François Thibaud

Oui, j'ai des indics militants qui m'envoient des articles fort intéressant. merci de votre passage Jean-François.

Laure K. a dit…

@Yvan

Je ne m'étrangle pas de rire en ce moment !