08/12/2011

Sauvagerie ordinaire

"Le Bureau International du travail classe la France au 3ème rang mondial de la productivité du travail horaire, juste derrière la Norvège et les Etats-Unis. 
C'est un exploit qu'on n' affiche pas.
Ce record de productivité horaire a un coût exorbitant: 10 % des hommes sont sous dépendance de l' alcool pour une cause directement lié au travail, 8% des salariés surtout des femmes, prennent des psychotropes uniquement pour tenir le coup au travail. 

Comme si ils s'agissait du prix à payer pour ne pas perdre la compétition mondial. Mais faut il s' étonner que désormais tant de gens perdent leur vie à force de tout faire pour la gagner ?"




La mise à mort du Travail, un Documentaire de Jean Robert Viallet-2009

Je découvre le documentaire de Jean Robert, co-auteur de la série "Manipulations"que j'ai déjà évoqué ici. Un film dense, diffusé en trois parties, une plongée dans le monde du travail qui me fait réaliser des choses que je sais déjà mais qui, retaillé à échelle humaine prennent un sens dramaturgique effrayant pour la suite de l' histoire de nos pays sous cloches.

J'ai rencontré Jean Robert sur un tournage de lycéen il y a de ça 20 ans, à l'époque il nous avait raconter une anecdote chez les Papous. Les hommes de la tribu ne comprenaient pas pourquoi quand il avait envie de pisser, il n'allait pas simplement derrière un arbre. Jean Robert avait dû leur expliquer qu'il n'y avait pas d'arbre, qu'on allait s'enfermer dans une boîte en fer, au beau milieu de la rue, pour satisfaire nos besoins naturels. En Papouasie, les étoiles ne sont pas des "étoiles" mais le feu des autres tribus. La notion de ce qui est "naturel" chez nous trouve une toute autre résonance dans ce documentaire passionnant que je vous invite à regarder en long, ou par petites touches. Du beau travail.

11 commentaires:

MakesmewonderHum a dit…

Ai visionné qu'une vingtaine de minutes, bien assez pour considérer ce documantaire comme vraiment exceptionnel, vivement la suite plus tard!

laurence a dit…

Souvenir du documentaire sur les usines Wonder... très poignant...

Laure K. a dit…

@MakesmewonderHum

Je n'ai pas pû m'arrêter de regarder.

Laure K. a dit…

@Laurence

Essentiel ce document.

le bourdon masqué a dit…

http://youtu.be/Q7IwInwZxp0

Je vais le regarder dans son intégralité, promis.Maintenant que mes nuits blanches sont de retour.
Bzzz...

MakesmewonderHum a dit…

Hier, j'ai terminé, et que des bravos! Suis pressé et te reviens Dimanche, il y a tellement, mais tellement, à dire sur le travail que je te suggère fortement de laisser ce document accessible en marge pour qu'il soit visionné par le plus de monde possible.

Laure K. a dit…

@Le bourdon
hé, hé !
Moi pas d'insomnies, du boulot sur la plancha à heure tardive. Pas très sérieux quand faut assurer les cours le lendemain avec les lycéens... ça va il sont cool et m'apportent ma dose de caféine.

Laure K. a dit…

@Makesmewonderhum
Le laisser à visionner en marge, oui, il faudrait que je crée un espace pour ça... on verra.

Je ne sais si le volet suivant est visible sur le net. "La dépossession", réalisé dans une usine Fenwick. je ferais un billet plus tard là-dessus. Faut pas que je me déconcentre trop, mais là j'ai pas pû ne pas réagir. Je blogue quoi !

Laure K. a dit…

si en fait, des insomnies..

le bourdon masqué a dit…

j'ai triché c'est à l'aube que je m'y suis plongé.
Quelques mots: "déposez les armes" à cette femme cancereuse s'auto détruisant dans l'intime de ses cellules avec ce sentiment de culpabilité vis à vis de NOTRE société.
Des humbles aux cadres la "moulinette" n'oublie personne.
Une part vécu,l'effet de la meute qui fait d'un troupeau docile la plus hargneuse des bandes sur l'AUTRE issu du cheptel.
L'effet burn-out tend à se propager et en ce moment l'entreprise où j'exerce n'incite pas au dépassement d'horaires (+10h/jour ce qui est interdit) c'est un groupe de collègue qui revendique cette pratique. J'ai beau les mettre en garde, rien n'y fait. D'auto évaluation à l'auto exploitation le pas a été franchi. Peu me parle.
je finirai par ce qui m'hérisse le poil c'est l'expression " un nouvelle organisation du travail" demandée par les salariés. Des masochistes qui vont au bout de leur logique quoi de plus noble.
Le document que tu nous présentes se passerait, presque de la voix « off » qui tout de même nous apporte des précisions sur les lieux, chiffres, sociétés etc... Enfin du beau ... travail.
Bzzz...

le bourdon masqué a dit…

toujours à la boure je suis. Ces étudiants, que partages-tu avec eux ?