06/08/2012

WebDoc Québec par Jérémie Battaglia


C’est officiel, les Québécois passeront aux urnes le 4 septembre prochain.
La semaine dernière, nous avons lancé un appel de candidatures afin de trouver 30 électeurs désirant participer à un nouveau projet de documentaire Web, que nous mijotons en coulisse en partenariat avec le journal Le Devoir. Eh bien, la campagne électorale est officiellement lancée et le moment est venu de vous dévoiler le projet en question.

Le poids d’une voix – 30 électeurs pour raconter la démocratie est un documentaire Web photographique et vidéo qui prend forme autour des élections. Au-delà de l’élection qui se joue, 
Le poids d’une voix veut explorer la question de l’exercice de la démocratie : est-ce que celle-ci s’exprime le jour du scrutin ou chaque jour de l’année? Quelles formes peut-elle prendre?
Réalisé par le photographe et vidéaste Jérémie Battaglia (l’homme derrière la vidéo des Casseroles), cet essai s’inspire de 20+12, une partie de campagne, un projet de documentaires et de photographies similaire réalisé par Battaglia au cours de la campagne présidentielle française 2012.
À la fois artistique, apolitique et citoyen, Le poids d’une voix brosse le portrait de 30 électeurs québécois. Sa structure ressemble à une sorte de calendrier de l’avent interactif. Chaque jour, un nouveau portrait d’électeur, homme ou femme, jeune ou vieux, étudiant ou travailleur, sera dévoilé. L’électeur du jour se retrouvera également sur le site Web et dans l’édition papier du journal Le Devoir.
Chaque portrait est composé de photos et d’une entrevue vidéo de 2 minutes, et pour y accéder, il faut d’abord se prêter à un jeu et tenter de deviner pour quel parti l’électeur va voter le 4 septembre. Un exercice amusant qui prouve une fois de plus que les apparences sont souvent trompeuses!

Je vous invite sans plus tarder à découvrir Le poids d’une voix – 30 électeurs pour raconter la démocratie, une réalisation de Jérémie Battaglia, produit par Dominique Willieme de l’ONF, sur une conception sonore d’Antoine Bédard et un design et une programmation de Deux Huit Huit.

ONF.ca/30electeurs

Aux urnes! Citoyens et citoyennes.

(article ONF)

4 commentaires:

Michael Deschambault a dit…

Voilà qui est intéressant. Vais suivre avec grand intérêt. Merci de l'info.

Yvan a dit…

Je dirais même plus,
très intéressant.
Merci de ce signalement,Laure.
La présente campagne amorçée
sera passablement rock'n roll
parce que primordiale au sujet
de plusieurs enjeux dont l'éducation,
les ressources naturelles
et l'environnement,
la multitude d'enquêtes sur la corruption du gouvernement "libéral" de Jean Charest depuis
9 ans au pouvoir etc etc...

La liste n'a jamais été
aussi longue et profonde
de mon vivant.
;)

@+

le bourdon masqué a dit…

voici une démonstration qui me plaît je vais la pointer sur FB

Laure K. a dit…

Une belle création audiovisuelle, une initiative d'intérêt "publique", même si il y en aura toujours pour dire "ouéé mais on sait ça se voit à leur cravates". Ben peut être que non, pas tout à fait. Donner la parole aux autres de cette façon, humaine à égalité, sasn jugement, dans la relation que chaque individu entretient avec sa propre réalité, c'est essentiel parce qeu ça participe de la communication. Savoir écouter l'autre.Il y a là aussi la volonté peut être utopiste de vouloir faire communiquer des divergences de point de vue. Après comme dirait l'autre, "choisis ton côté", mais pas dans la haine, disons dans l'entendement.

Jérémie Battaglia, je l'avais contacté pour utiliser ses images noir et blanc des Casseroles, il a un vrai regard sensible et respectueux, je ne pouvais qeu relayer cette belle initiative audiovisuelle et documentaire, même si je ne vote pas au Québec !


A bien des égards, ce travail rejoint le mien. Portraits esquissés où la parole est entendue sur un support d'images du détail, de l'anecdotique, de l'instant.
Il y a une réeelle nouvelle écriture visuelle qui apparait depuis que les appareils à focus numérique sont apparus. Beaucoup utilise la "macro", le détail qui dirait le tout. On approche en un sens d'une cinépoétique très intéressant et nouvelle par rapport à l'imagerie télévisuelle. Filmé de cette façon là aussi, ça me parle beaucoup. D'où le relai appuyé.

Faire suivre...