16/01/2013

Autoréférence d'invention

Suite à la proposition dadaïste chez Blue de composer un texte avec les mots d'un article découpé au hasard de la taille ( pour ma part). J' ai pris le plus court d'un vieux Monde Géo-politique. Bon il se trouve que "procrastination" s"y trouvait, c'est pas banal ça !

Les mots dans l'ordre de sortie après découpage donnaient ceci:
Mondiale a remis expliquerai mais Journée mars la procrastination
pourquoi d'invention au la lendemain chose autoréférence ce le devait prochaine
c'est que semaine la être Il de parait vous récente on la 24 je.


Je n'ai pas résisté à l'envie de jouer du sens avec. Pour moi ça fait sens, bon...


Sur ce principe,

Prenez un journal.
Prenez des ciseaux.
Choisissez dans ce journal un article
ayant la longueur que vous comptez donner à votre poème.
Découpez l’article.
Découpez ensuite avec soin chacun des mots
qui forment cet article et mettez-les dans un sac.
Agitez doucement.
Sortez ensuite chaque coupure l’une après l’autre.
Copiez consciencieusement dans l’ordre où elles ont quitté le sac.
Le poème vous ressemblera.
Et vous voilà un écrivain infiniment original et d’une sensibilité charmante, encore qu’incomprise du vulgaire.
- Tristan Tzara, Sept Manifestes Dada -

je tag Hervé, Bizak, Zoé, Alex, Manouche, Lilasvb ( si ça vous dit, bien choure ! that is funny ! )

16 commentaires:

helenablue a dit…

Hé,hé, pas mal du tout...
Je préfère et de loin le sens que tu as remis dans tout ça!
Ben oui, pourquoi la journée de la procrastination devrait être remise à demain!?

Laure K. a dit…

@Hélénablue
:-))

Ah j'te jure ! c'est pas faute d'essayer mais ça me colle à la peau c't affaire de prose-castrée-nisation !

MakesmewonderHum a dit…

T'inquiète les procrastinateurs vivent plus longtemps en général, quelques heures, c'est prouvé. J'en suis le parfait exemple.

Mais qu'est-ce que cette vilaine douleur dans la poitrine, et dans le bras gauche, maintenant...

le bourdon masqué a dit…

procrastination, c'est pas demain la veille.
Bzzz...

anne des ocreries a dit…

Héhé ! pas banal...j'adore la première phrase ! prophétique ou analytique ? ça dépend que de toi....
Essai bien transformé !

Mistral a dit…

Bravo! T'as fait un cut up, un vrai poème personnel et composé, au lieu de ces conneries de poèmes Dada. Ça n'existe pas, héhé, Tzara se payait la tête des bourgeois. Keskil se pisserait dessus dans son cercueil en se tenant les côtes s'il savait qu'en 2013 y en a encore pour sortir leur poème d'un sac au hasard des mots comme on tire des numéros de bingo!

alex-6 a dit…

Bon je travaille un peu différemment; je prends au hasard un livre et sans me soucier de son contenu je l'ouvre et je nots des mots qui me parlent
je t'offre la première de mes réalisations (j'en ai écrits depuis 20):
'Miroir Sonore"
Le miroir au pied du regard
nous met en garde sans préciser
les rapports permanents derriere
les quels on distingue l'efficience
des doubles symboles de
l'expérience antérieure.
Le poete poli-symphonique a la
patience d'en découvrir le nom inconnu.
Trrémédiablement
il jongle avec la hantise sous
la poussière de déconstruire la vérité.
Il avance
plus qu'il ne voudrait le faire
droit avec son jeu d'adresse
vers le grand espace blanc
à travers lequel on devinera
les irradiations miltiples qu'engendre
la lecture du coeur.
L'autre maintient le miroir suspendu
à la hauteur guirlande du ciel
Tout le monde
est bien conscient que ce sont-là
que des palliatifs
de la sombre interprétation qui veut
qu'on se reconstruit soi-même
en mesurant le temps qui
efface toute trace
d'amour avec pour anecdocte la mort
qyu serait responsable.
Le miroir sonore serait plus utile
qu'à vouloir réflèchir des images
sans morale qui ne reprennent naissance
que dans le rêve.
*

Le plumitif a dit…

Ouf! Chapeau, tu joues d’abord le jeu et trouve ensuite le moyen de faire cracher du sens à cette dadaïste absurdité! N’ai pas eu, pour ma part, cette élégance…

Laure K. a dit…

@MakesmewonderHum

Procrastination. Je déteste ce mot.

Alors voyons ça de plus prêt:
du latin pro , qui signifie « pour »1 et crastinus qui signifie « ajournement, le lendemain »

CRASTINUS... mmh, ça c'est cute .
alors, crastinus, voyons ça ...

CRASTINUS, A, UM (adjectif)
2 siècle avant J.C. PLAUTUS (Plaute)
de demain

bon l' historicus, nan. Nada.

Je déteste ce mot ...
De former un mot aussi peu sexy avec deux syllabes acollées aussi chiante phonétiquement qu' un pr et qu'un cr
révèle bien que celui qui a inventé ce terme avait bien l'intention d'emmerder aux possibles les sus dénommés.
Bon.
Alors, attend... je cherche

On peut "pourvoir un individu en cassation", mais peut-on pourvoir un individu en procrastination ?
A mes oreilles ça sonne pareille. Blâme !

(merde, la voix de ma mère dans mon oreille gauche:" Chaque chose à sa place et chaque place à sa chose")
tchhhut -

Alors....

Pourvoir:
alimenter, approvisionner, donner, doter, douer, entretenir, équiper, fournir, garnir, mettre, munir, nantir, orner, outiller, ravitailler, satisfaire, subvenir.
POURVOIR / SE POURVOIR DEFINITION
Définition de Pourvoir / Se pourvoir

"Pourvoir" c'est procurer un bien, un droit, un avantage ou un service

Pourvoir s'emploi également quand il s'agit de nommer quelqu'un à une fonction ou à une charge publique.
"Se pourvoir", c'est prendre l'initiative de saisir l'autorité

" Il ne faut pas remettre en lendemain ce que tu peux faire le jour même, Laure ! "
HO Put...
ça y est je l'ai !

Procrastination = citation = autorité maternelle.

BLAM !

OK. SUJET EN VUE.




Laure K. a dit…

@Le bourdon
Bon courage, alors !

Laure K. a dit…

@Anne des Ocreries
Exactement, ma chère Anne. je sais que tu ne liras ça qu'après quelques péripéties.

Laure K. a dit…

@Mistral
Oui c'est bien des conneries de Dadaïstes fauchés par l'inspiration, on dirait. Des Bourgeois, ah ! bien vu.
Mine de rien je viens de me faire avancer d'une branche en auto-analyse rapide quant à la mocheté de ce mot de procrastination.
D'où l'absolue nécessité de joindre parfois l'agréable à la tuile.

Laure K. a dit…

@Alex

Si tu me promets là de n'avoir en rien tricher à ce jeu, alors je me dois de t'encourager à changer la teneur de ton blog dans l'instant et à publier tes 20 autres poèmes . Je doute que tu n'y ai organisé aucun sens mais peut importe, celui-ci est pas mal inspirant.

Laure K. a dit…

@Le Plumitif
Mon job veux que je sois fouillologue et remetteuse de sens. Même incensé.

Tu rigoles ! le tien est juste fabuleusement dadaïste !!

lilasvb a dit…

quelle belle idee, si j ai le temps je joue, je suis absorbee par l inde et le yoga, j ai fait des sacs avec des papiers de la rue, proche de votre jeu, en fait.. je vais publier ca en blog, tiens, merci et bonne annee, j aime vous lire

MakesmewonderHum a dit…

Oui c'est vrai, il y a de ces mots
qu'à la prononciation même tu l'sens qu'ils sont là pour t'emmerder. Prenons pour exemple tous l'univers de la sexualité qui semble avoir été nommé, mot pour mot par le même évèque cul-de-jatte, laid comme un caniveau, et trop frus d'avoir raté l'examen d'entrée de médecine légale.

Ma devise demeure;

Pourquoi remettre à demain ce qui en fait peut-être remis à...dans quelques mois!