01/04/2013

Bout' bois

L'oeil de bois- photo Laure K.

Le socle- photo Laure K.


Souche Oeil de bois- photo laure K.

C' est au détour d'un chemin qui m'est familier que j'ai trouvé cet oeil de bois. Un oeil de bois au détour d'un chemin où mon père me confie vouloir écrire une lettre à ses petits enfants pour leur transmettre je ne sais quoi, ses valeurs, des valeurs... que fait-ton de son vivant de cette transmission s'il suffit de les coucher sur papier plutôt que de les transmettre véritablement ?
Cette incapacité que nous avons à transmettre... il faudrait plus d'un billet pour l'évoquer.
La relation au père et à la mère qui n'ont rien sû transmettre son pléthore dans les familles. D'être au monde pour en débusquer les tares n'est pas une chose très simple, et n'est pas non plus toujours d'une grande aide pour servir au mieux ses enfants. Savoir n'est pas pouvoir. Mais de ne pas le faire, de ne pas se pencher sur ses propres relations familiales est, à mon sens, un appauvrissement total de ce que nous faisons sur terre. C'est un point de vue qui se défend.

Les arbres, les racines et les noeuds dans les racines, ont une symbolique très forte pour moi. Une souche comme celle-ci m'a brisé nette la jambe à mes 9 ans, en classe de neige, alors que mon grand père rentrait à l'hôpital et décédait un 1er avril. Il y a deux ans, à la même date, c'était ma grand mère qui partait. Et je l'ai accompagné dans ce dernier souffle. Même pas peur de la mort et du masque terrible qu'elle pose sur les figures familières. Il y a des dates clés dans chaque famille. Pâques est de celle-ci.
Il y a trente ans, j'ai passé les trois semaines suivantes allongée et embrochée, puis en béquilles les mois suivants. Plus d'école, devoirs à la maison. Et puis une solitude profonde qui 'm a obligé à m'occuper. Je crois que c'est à ce moment là où les livres, la musique et le dessin sont devenus des compagnons de voyage. La culpabilité aussi et les angoisses de mort.

Aujourd'hui une boucle est bouclée. Je retrouve et remet les choses à leur place. Et cet oeil de bois fendu prendra sa place dans mon intérieur qui lui, fleurit de milles choses, autrement plus belles et épanouissantes que ce que l'on subit sans conscience.

L'arbre de vie - Laure et Louise



18 commentaires:

le bourdon masqué a dit…

as-tu pensé à la réciprocité de la transmission, de l'enfant aux parents je crois qu'ils nous révèle.
Bzzz...

Astrid SHRIQUI GARAIN a dit…

En te lisant, je me suis rappelée que je n'avais pas terminé de graver mes mots sur un de mes arbres. Alors j'y suis retournée.

« Il est un arbre qui m’est chair.
Un arbre dans un bois,
Près des grands chênes endormis. »

Voilà qui, pour moi, est plus lisible.
En espérant que cela le soit également pour ceux qui traverseront le bois.

Savoir n'est pas pouvoir. C'est vrai.
Pour transformer sa matière il faut peut être le bon outil : le vouloir.

Ginkgo Biloba (Johann Wolfgang von Goethe)
La feuille de cet arbre, qui, de l’Orient,
Est confiée à mon jardin,
Offre un sens caché
Qui charme l’initié.
 
Est-ce un être vivant,
Qui s’est scindé en lui-même,
Sont-ils deux qui se choisissent,
Si bien qu’on les prend pour un seul ?
 
Pour répondre à ces questions,
Je crois avoir la vraie manière :
Ne sens-tu pas, à mes chants,
Que je suis à la fois un et double ? » 

(15 Septembre 1815)

Je t'embrasse.
Astrid

ALEX-6 a dit…

dire qu'on comprend et partage les sentiments que tu exprimes ici ça ne répond oas aux questions que tu poses mais comme toi on en a pris son partin on fait avec on regarde devant et là où on marche en faisant attention de pas se prendre une autre "gamelle"
Une vitre sur cet oeil de bois et t'auras là une superbe petite table de salon.

le bourdon masqué a dit…

@Alex-6
domestication,quand tu nous tiens.

Pierre a dit…

On voit souvent des grands parents transmettre à leurs petits enfants ce qu'ils n'ont pas réussi (et ne réussissent toujours pas) à transmettre à leurs enfants.
Il en est ainsi, il leur apparait comme plus simple de construire sur cette relation neuve dont ils ne sont pas responsables que de "réorienter" celles qu'ils ont eux-même construite, avec les défauts de leurs jeunesses...
Peut-être est-ce un constat d'échec ou une fuite en avant. Cela a sans doute aussi un lien avec la peur de la mort, la parentalité puis la grand-parentalité nous en rapprochent, il est vrai...
Nous verront bien un jour quand notre tour viendra...
Quoi qu'il en soit la découverte à ce moment là de cet oeil de bois imbriqué est symbolique, la branche provenant du tronc dont il est issu... Très bel objet.
Bises.

MakesmewonderHum a dit…

Tant qu'à se casser une branche du tronc, vaut mieux que ce soit sur une souche, malgré tout t'as bien fait les choses, une vraie "connoisseure", même à neuf ans. (Pas comme certaine qui se casse le poignet sur un vulgaire retard de printemps laissé pourtant bien en vue sur son trottoir habituel. Aucune grâce, celle-là, que des broches sur la plus basse marche du podium!!! :-)

Hola! La transmission, combien de fois elle s'est brisée c'te gueuse? Souvent même pas adaptée aux nouveaux modèles. Si seulement on lui avait appris à dire "je t'aime" en attendant la dépanneuse.

Laure K. a dit…

@Le bourdon
Non, je n'y ai pas pensé dans ce sens là. Sans doute parce que le sens inverse n'a jamais trop fonctionné. Par contre à mon tour, par opposition, j'essaye d'être tout ouïe. Merci de ce rappel. Et toi, qsaurais-tu dire ce que ta appris ton enfant ?

Laure K. a dit…

@Astrid

:-)

Un arbre qui m'est chair et l' écorce des êtres...
Voilà le mélange.

merci pour tes feuilles en poèmes.

Laure K. a dit…

@Alex
;-)

Je ne crois pas qu'elle accueillera une table, mais il y a de l'idée ! je serais plus tenté de l'éclairer, vois-tu Alex. Mais peut être qu'elle restera à l'état brut.

Laure K. a dit…

@Pierre

Oui Pierre, alors nous vivons donc tous la même expérience ?
Moi je n'aime pas trop que l'on m'oublie dans la descendance, quand ma mère appelle et ne prends que des nouvelles de ma fille, ça a tendance à me faire bondir à un moment ou un autre. Néanmoins je trouve ça touchant de penser à écrire une lettre à ses petits enfants, même si ça étaye le fait qu'on soit dans l'incapacité de transmettre autrement. C'est un peu facile.

Oui, cet oeil de bois, à ce moment là je ne l'ai pas cherché bien que je sois en terrain connu, reconnu et très symbolique pour moi. Mon havre de paix.
Je raccorde tout le temps, je sais que ça peut sembler ridicule et pénible à certains mais c'est comme ça.

Pierre a dit…

@ Laure
Pour l'appel de ta mère, je vois tout à fait ce que tu veux dire...
Peut-être que nous rêvons tous de quelque chose de simple et que des enfants devenus adultes, c'est trop compliqué, trop chargé de vécu et que l'on se dit "à quoi bon il (elle) est déjà grand(e)...".
Les petits enfants (ceux de nos enfants mais aussi tous les autres) ont un tel potentiel !
Pour le raccord, ne serait-ce pas ce que l'on appelle aussi une coïncidence objective ? Cela me rappelle un certain voyage en train vers la Toscane et cette longue et belle soirée de printemps à échanger (que dis-je, apprendre) avec un professeur de philosophie franco-italien qui partageait le même compartiment. Je partais pour un voyage de recherche de moi-même et je rencontre un prof de philo qui me parle de coïncidence objective ? Mais ça commençait bien tout ça !!!

Pierre a dit…

On parle aussi de "synchronicité".
J'aime bien, ça "raccorde" et c'est comme ça.
Bises

le bourdon masqué a dit…

de mes enfants je crois avoir reçu plusieurs facettes d'une jeunesse qui m'a échappée,filée comme ce sable sec entre les doigts. C'est moi qui me rebellait face à leur sagesse,j'ai eu ma crise d'ado vers l'âge que tu as actuellement avec les envies liées à cette période et souvent des envies définitives.
"Ma" fille m'a laissé "partir" vivre ma vie,"mon" fils est plus protecteur et je lui doit de m'être réconcilié avec moi-même. C'est son coté coach il m'a socialisé entre ""
Bzzz...

Laure K. a dit…

@ Pierre

Hé, hé ! la "coïncidence objective", pas mal. Et merci de ton anecdote en Toscane, là déjà je voyage.

"C'est pas synchro !" fait parti des blasphèmes de nos métiers !

bises
:-)

Laure K. a dit…

@MakesmewonderHum

Les gags font parti de la comédie de la vie, non ? Alors vous faites bien !!
:-)

Laure K. a dit…

@Le bourdon

Un bon coach vaut mieux que deux tu l'auras... mais la façon dont tu en parles est très touchant. Une forme de sagesse à s'apprendre finalement au travers du leurs regards.
Je ne vois pas encore tout à fait ce dont tu causes, disons que mon approche est quand même mesurable à 7 ans. J'en saurais davantage d'ici quelques années.
merci, pour ton témoignage.

Frederique a dit…

Votre "arbre de vie" du 1/04 prend tout son sens 7 jours plus tard. Bravo au papillon :-)

Laure K. a dit…

@Frederique
:-)

merci d'avoir joliement souligné ce raccord...