22/11/2013

Transféérie



Phia Ménard
Une performeuse qui participe au renouvellement de la jonglerie en travaillant les éléments : la glace, le vent, bientôt l’eau comme une métaphore de sa propre métamorphose. 

L' hermaphrodite- Musée Zadkine

Chacun est confronté dans l’intimité et nul échappatoire n’est possible. 
Se débarrasser du carcan social, puis se débarrasser de son enveloppe (la rejeter, la regretter), enfin se débarrasser de tout son moi, intérieur (long tableau visuellement frappant où l’artiste se vide littéralement d’elle même, de sa colère, de son passé, de ses codes…). Ensuite accoucher de soi-même, se mettre à nouveau au monde, et éclore d’un placenta de plastique dans un nouveau corps et une nouvelle âme. 




  *******


Vortex- Création Cie Non Nova
Accouchement, mue, nouvelle naissance, révélation, chrysalide… tout le champs sémantique de la symbolique de la transformation est explorée plastiquement (au sens figuré comme au sens propre) par Phia Ménard, qui se débarrasse peu à peu, de ses oripeaux superflus et embarrassants jusqu’à apparaitre aux spectateurs quasi-nue, en femme.

VORTEX- création de Phia Ménard , Compagnie Non Nova
 

"A moi petite fille que je n'ai pas été, on ne m'a pas dit "un jour ton prince viendra", alors je suis un peu frustrée, et je m' appercois que ça a marqué beaucoup de femmes et d' hommes cette histoire de prince charmant. C'est donc  la quête de l'amour absolu. On y a cru un peu, mais on n' y croit pas et  on doit se reconstruire. 

J'ai donc congelé un ballet de robes de princesses, le ballet du bal du Guépard de Visconti, ce ne sont que des robes mises en formes qui vont peu à peu se transformer en serpillères. 
Et lorsque elles seront devenues des serpillères nous devront éponger nos larmes et réapprendre à aimer."

"C'est le retour sur un imaginaire d'une enfance que je n'ai pas eu. Le passé d'une fillette que je n'ai pas été. Faire une sorte d'archéologie spéculative de ma propre enfance féminine."

( A propos de la future création de Phia Ménard, "Belle d' hier"- propos recueillis ici )

Aucun commentaire: