04/02/2014

20/20



Terre – lune, terre – lune
Ce soir j’ai mis mes ailes d’or
Dans le ciel comme un météore
Je pars.

Terre – lune, terre – lune
J’ai quitté ma vieille atmosphère
J’ai laissé les morts et les guerres
Au revoir.

Dans le ciel piqué de planètes
Tout seul sur une lune vide
Je rirai du monde stupide
Et des hommes qui font les bêtes.

Terre – lune, terre – lune
Adieu ma ville adieu mon cœur
Globe tout perclus de douleurs
Bonsoir.

Boris Vian- 1955



11 commentaires:

La Rouge a dit…

Je peux venir?

Alex-6 a dit…

eh oui c'était l'époque où on y avait pas encore mis les pieds
les poete pouvaient rêver...

Guillaume Lajeunesse a dit…

Je connaissais pas. Magnifique !

Laure K. a dit…

La Rouge,

:-)

tu y déjà, non ?

Laure K. a dit…

Alex,

et rêvent toujours. A ce que je sache, les hommes n' y ont mis les ieds qu'une seule fois. Par défi.

Laure K. a dit…

Guillaume,

Louise trouve qu'il écrit des trucs bien ce Boris Vian, ça change de Jacques Charpentreau qui signe presque toutes les poésies de son cahier. Choix réstreint depuis deux ans...

Aujourd' hui, elle fait son exposé sur la Galaxie. D'où le choix du poème précédent.
Bref, tout ça fait sens... peut être un peu trop dans la lune, mais sans perdre le nord. Déjà pas mal à 8 ans.

bises
:-)

Astrid SHRIQUI GARAIN a dit…

20/20 !!! Tout ça c'est pas rien ! C'est du bonheur !du vrai et du grand ! :) Félicitations à la jeune astronome !


alex-6 a dit…

A mes 8 ans mes profs ne risquaient pas de me faire découvrir Vian En plus la petite louise a bon goût
Comment il disait l'ami boris quand on était inquiet sur terre? Ah oui: "Ne vous tourmentez pas. Quand le monde sera plein de robots quoi de plus facile que d'en inventer un doté, par construction, de la haine de son espèce?
Alors tous transformés en Nerons aux mains blanches, nous jourons de la lyre avec une ficelle et une boite de conserves en regardant flamber à nos pieds les hangards où les robots se tordront dans les braises comme de présomptueuses fourmis aux accents majestueux d'une chanson composée par un jongleur prodige de deux ans, élevé dans les patte d'une tigresse à l'abri du monde civilisé". Boris Van

Laure K. a dit…

Astrid

vi
merci pr elle
:-)

Laure K. a dit…

Alex

Scene apocalyptique entre Mooglie et I.D. le film.
j aime croire a ce qui est deja la on a assez a faire avec nos chairs et os.
merci pr le texte de Vian, d où vient-i?l

alex-6 a dit…

PEUT ËTRE DE SON LIVRE SUR "LES FOURMIS"?ca remonte à loin....