24/03/2011

Le Mystère Picasso

J'ai songé que les contours, les frontières, ne pouvaient apparaître qu'au travers d'un trait. Visuellement j'entends. Que la main qui trace sur page blanche reste la meilleure tentative de l'invisible, j'ai songé qu'ils pourraient y avoir plusieurs mains comme tentatives de cadre, de vigueur, de portrait ... et j'ai repensé au Mystère Picasso.


Clouzot eut deux idées extraordinaires: la première de filmer Picasso en train de peindre, la seconde de ne cadrer que la surface de la toile sans montrer le peintre en action. pour saisir malgré tout le travail de Picasso, Clouzot avait trouvé un papier spécial, venant d'Amérique, que les encres des stylos feutres transperçaient instantanément. Les tableaux étaient en général assez rapides, entre deux et huit minutes, filmés en un seul plan fixe, avec, derrière, un Picasso invisible dont on ne voyait que l'oeuvre s'inscrire sur le papier.

C'était une idée formidable car on assistait somme toute, à une aventure artistique qui s'élaborait sous nos yeux, avec les hésitations du peintre, ses envolées...
André Bazin a dit du Mystère Picasso que "tout le principe du film en tant que spectacle et même, plus précisément, e tant que suspense, tient dans cette attente et cette surprise perpétuelle. Chaque trait de Picasso est une création qui en entraîne une autre, non comme une cause implique un effet, mais comme la vie engendre la vie."


Henri Colpi - Lettres à un jeune monteur

16 commentaires:

le bourdon masqué a dit…

Dyslèxique ce Pablo...
Comme quoi il faut savoir sortir des moules.

Appels d'air a dit…

Un tableau en cours d'exécution c'est le travail d'une main qui se donne la réplique.
Baltha

helenablue a dit…

Fascinant!

MakesmewonderHum a dit…

Cool de voir le papier qui continu d'absorber le trait comme le sillage d'un avion dans le ciel.

bizak a dit…

Les extraordinaires coups de traits d'un peintre qui peuvent accoucher d'une immense œuvre.
Me voilà-il entrain de me souvenir d'un roman sur la partition de l'Inde à son indépendance 1947 et qui a donné naissance au Pakistan. Lord Mountbatten vice roi d'Angleterre a pris un crayon et d'un trait a tracé les lignes des frontières sur une carte. Ce trait de crayon sur une carte est dans la réalité sur le terrain, des villes, des villages, des maisons coupées en deux! etc..; CE qui a entrainé une véritable catastrophe humanitaire en séparant des mêmes familles avec ensuite des exodes.
Ainsi un trait peut engendrer une œuvre artistique et...un autre le malheur.

Appels d'air a dit…

>LBM,
"A la pêche aux moulesmoulesmoules je n'veux plus aller maman,"
Baltha

Laure K. a dit…

@Pablo
Il souffrait de dyslexie, je ne savais pas. Et alors ? il y a eu analyse des oeuvres sous cet angle ?

Laure K. a dit…

@Appel d'air

une main qui se donne la réplique entre ce qu'elle exécute et ce qu'elle anticipe et ce qui se passe finalement ?

Laure K. a dit…

@MakesmewonderHum
On a fait mieux après en le faisant peindre sur une surface transparente, mais il n'y a pas la texture de l'encre... notion de surface sensible, comme l'était la pellicule.

Laure K. a dit…

@Bizak

mmmh, fort intéressant cette notion d'espace morcelé par un trait, ça me donne des idées.

Le non respect des frontières invisibles, pourtant établies intrinséquement. D'un trait, un seul, tout foutre en l'air ! L'homme est un animal doué de déraison.

Merci Bizak, tout ceci est très nourrissant.

Laure K. a dit…

@Appels d' air > Le Bourdon


c'est faim !
:)

le bourdon masqué a dit…

pourquoi vouloir tout décortiquer analyser peser,pourquoi?

Laure K. a dit…

@Le bourdon masqué
Pour ma part, parce que je n'ai jamais pû me résigner à un "c'est comme ça et pas autrement".
J'aime penser qu'il y a un autrement à faire.

ET toi, pourquoi ?

le bourdon masqué a dit…

sur ce qui science humaine j'ai peur.Finir dans un casier d'entomologiste sur une épingle shooté au formol pas envie. Brrrr...
;)

Laure K. a dit…

@Le bourdon

J'avais oublié vos origines...
je comprends
;)

Gaëlle a dit…

c'est en soi une belle définition du trait et de son dessein. Le dessins animés pourraient parfois aller se recoucher, celui-ci me va bien !