05/04/2011

Paroles de Pina B.

"J'ai commencé à chorégraphier parce que je voulais danser. Je n'imaginais pas me contentant de regarder les autres."

"Il ne faut pas avoir peur du ridicule parce qu'on tatônne. Chacun est timide, et moi la première. Il faut composer avec cette timidité. De cette timidité nait la beauté." PINA BAUSCH
                                                       
En écho avec l' article de Laurence sur le film Pina de Wim Wenders.



8 commentaires:

le bourdon masqué a dit…

Cette invitation à la danse me fait penser à cette chanson enfantine.

"Nous n'irons plus aux bois
Les lauriers sont coupés
La belle que voilà la laiss'rons nous danser
Entrez dans la danse, voyez comme on danse,
Sautez, dansez, embrassez qui vous voudrez.
La belle que voilà la laiss'rons nous danser
Et les lauriers du bois les laiss'rons nous faner
Entrez dans la danse, voyez comme on danse,
Sautez, dansez, embrassez qui vous voudrez.
Non, chacune à son tour ira les ramasser
Si la cigale y dort, ne faut pas la blesser
Entrez dans la danse, voyez comme on danse,
Sautez, dansez, embrassez qui vous voudrez.
Le chant du rossignol la viendra réveiller
Et aussi la fauvette avec son doux gosier
Entrez dans la danse, voyez comme on danse,
Sautez, dansez, embrassez qui vous voudrez.
Et Jeanne, la bergère, avec son blanc panier,
Allant cueillir la fraise et la fleur d'églantier
Entrez dans la danse, voyez comme on danse,
Sautez, dansez, embrassez qui vous voudrez.
Cigale, ma cigale, allons, il faut chanter
Car les lauriers du bois sont déjà repoussés
Entrez dans la danse, voyez comme on danse,
Sautez, dansez, embrassez qui vous voudrez."

Ronde enfantine, 15ème siècle

bizak a dit…

IL est 4h du matin,j'avais une petite insomnie, je lisais le roman Anna Karenine de Tolstoi , j'étais précisément sur la scène où Kitty, un des personnages principaux du roman, était émerveillée de danser une valse avec son cavalier, à l'occasion d'une reception des notables dans la vieille Russie- je cite quelques lignes:" Kitty appuya sa main gauche sur l'épaule de son cavalier, et ses petits pieds chaussés de rose, légèrement et en mesure, glissèrent sur le parquet brillant..." Et c'est justement à ce moment là que j'allume mon micro, je pointe ma souris sur laure K. et je lis les paroles de Pina B.qui se terminent par:De cette timidité nait la beauté...
La danse était toujours dans le pssé, représentée par les romanciers dans la construction de leur oeuvre. Belle fin de nuit Laure K.

laurence a dit…

Joli contre point Bizak... Il ya surtout dans Guerre et Paix une très joli description de Natacha Rostov... de mémoire, la jeune comtesse éduquée "à la française" éxécute avec son sens profond une danse villageoise russe ... et Tolstoi est là avec toute sa vie...si un jour vous allez à Moscou, ne manquez pas sa maison son bureau de cuir noir et l'atelier ou il réparait lui même ses chaussures. Cela peut vous paraitre drôle mais je crois qu'il découle de tout cela le profond sentiment d'être un humain comme les autres...

laurence a dit…

avec toi Laure

bizak a dit…

@Laurence
Joli contre point pour vous aussi, voici ce que j'ai écrit, comme commentaire au sujet de natacha-(blog de juliètte b. thème: la comète de halley de Léon Tolstoi)je cite:
"J'ai lu deux fois Guerre et paix de Tolstoi, il reste un chef d'oeuvre incommensurable. Oh! comme j'ai aimé le personnage de cette exquise Natacha et l'amour idyllique vécu avec André. Et c'est avec Pierre Bezoukov, le mystique, qu'elle va finalement partager son destin. Un roman qui m'a longtemps subjugué, jusqu'à ce jour.L'avoir lu cinq fois, il le méritait et il nous a donné du bonheur"
Merci laurence: pour ce rappel de souvenir et Merci à Laure K.de nous faire rêver avec ces beaux thèmes qu'elle nous concocte!

Laure K. a dit…

@Laurence & Bizak

Merci à vous de tenir le salon, les journées enfin au beau fixe ne rendent que plus marquants certains évènements qui m'extraient des blogs... permet de reprendre pied aussi dans un réel familial souvent en friche. La danse, il faut en profiter et dès aujourd'hui !
Je n'ai pas lu moi, Guerre et Paix, de Tolstoï je ne retiens que ma lecture de La mort d'Ivan Ilitch, Mâitre et Serviteur ou encore La Tempête de neige... il faut croire que je me suis mis à la littérature dans un espace temps qui était profondément mélancolique.

Aujourd'hui ça change, vous me donnez un peu plus envie d'y replongez mes yeux.

Bien à vous,
Laure

Laure K. a dit…

@Le bourdon

Drôle de lire cette comptine...

bizak a dit…

@ laure
J'ai presque tout lu de Tolstoi et pour le roman culte: la mort d'Ivan illitch, je n'ai pas eu cette joie. Laure! ce roman, c'est peut être celui que j'ai égaré, merci de l'avoir lu!
Pour la danse, omme l'a dit Pina,oui Laure, il faut en profiter pour se sentir.