08/08/2011

Auteur-réalisatrice



« Artistiquement, elle est un génie, et politiquement, elle est un crétin »
 Liam O'Leary, historien du cinéma 

En songeant à la responsabilité et l'engagement d'un auteur-réalisateur à défendre son point de vue sur un sujet, je me rappelle le documentaire de Ray Müller "Leni Riefenstahl, le pouvoir des images" diffusé en 1995.
Je prends l'exemple extême puisque cette cinéaste actrice a flirté avec le pire commanditaire sanguinaire de ces 100 dernières années. Tout simplement pour dire que la réflexion sur ce qu'on fabrique n'est jamais vaine. 





8 commentaires:

Rackham Le Rouge a dit…

La création artistique ne justifie rien d'autre qu'elle-même. De plus, pour analyser vraiment l'inconscient ou le conscient d'un artiste, faut-il qu'il réalise dessin, musique, peinture ou arts basiques, car par le prisme d'un outil genre appareil photo ou caméra, il peut masquer par des choix de sujets distractifs, ses pensées profondes et difficile de cerner par l'utilisation d'un cadrage ou d'un éclairage une intention de sa personnalité.

Nan ?
Besos Laure ♥

le bourdon masqué a dit…

J'aime bien la dernière phrase de ton "post"(!) et je t'invite à lire (si ce n'est déjà fait) le dernier message de Versus sur son blog.
Bzzz...

(100 dernières années j'ai un doute, as-tu oublié un zéro?)

Laure K. a dit…

@Rackham Le Rouge

Ok avec toi sur le filmage, bien qu'on pourrait étayer avec la notion du cadre qui est déjà un point de vue narratif de la réalité puisque il y a choix de ce qu'on voit et de ce qu'on ne voit pas.

Je pense que le langage et le discours prennent corps à l'étape suivante, celle où on agence la matière.
Dans ma discipline on appelle ça le "montage", qui revient à écrire avec images et sons. En ce sens, les images montées par Leni R. sont indissociables de sa fascination pour le pouvoir du régime nazi.

Tout comme mes propres fascinations, qui sont heureusement inspirées par ceux et celles que je filme en douce... :-)

Laure K. a dit…

@Le bourdon
Pas trop le temps de m'appesantir dessus ce soir, mais j'y reviendrais.
merci

2011-1930= 81 ans, non ?
disons que c'était le pire de notre siècle.

lilasvb a dit…

tjours riche de vous suivre dans vos pensees

É. a dit…

Oah, je crois bien qu'il y a une belle et saine compétition au sommet de l'horreur, mais vraiment, je ne vois absolument pas comment le petit Adolf peut faire partie du podium. John D. Rockefeller junior ne peut à mon avis en aucun cas être délogé de la première marche, tandis que ses marionnettes Staline, Mao et Pol Pot accaparent les étages suivants de manière impériale. Enfin. C'est là que j'en suis dans mes découvertes. Celui qui paie, donne les ordres et regarde le massacre se produire est fatalement plus pourri que ses lieutenants, il me semble que ça tombe sous le sens.

Laure K. a dit…

@lilasvb
:-) merci de votre présence

Laure K. a dit…

@Ē.

Bon, en terme de débat, je ne sais qu' ajouter à tes recherches sur les Rockfellers, tant tu as sans aucun doute raison.
Une fois cela posé qu'est ce qu'on peut ajouter à part en rager longuement ? à part ne pas s'endormir au soleil ? et sur nos lauriers ?
A part ça, on a quand même droit d'arracher nos moments de sérennité, de réflexions, et de relatif "bonheur"... moi je dis.