23/12/2011

Hugo Cabret

Coup de coeur cinématographique de ce mois de décembre pour le film de Martin Scorsese. On ne peut pas dire qu'il en ait fait beaucoup des contes pour enfant, Martin Scorsese. Plus qu'une féerie d'images, c'est un film de cinéma sur le cinéma, 100 ans après, avec cette technique particulière de la 3D qui fait littéralement effet d'une expérience spectatorielle. Au même titre que ce train déboulant face caméra en gare de la Ciotat qui a créer une panique à sa projection. Hormis que notre perception s'y est plus qu'habitué, je trouve l' expérience ici assez grandiose. Un film sur la mémoire, la réparation, la transmission, les secrets d'une fabrication, les rouages d'une industrie. Plusieurs pistes de lecture sont possibles et ça densifie le propos. C'est un film grand public et en même temps un superbe hommage aux illusionnistes de la pellicule. J'ai adoré.  




"La stéréographie est la technique qui consiste à utiliser deux caméras pour filmer le monde en trois dimensions, " de la même façon, exactement, que notre cerveau utilise nos deux yeux pour voir notre environnement et prendre la mesure de l'espace qui s'étend devant nous", explique Demetri Portelli ( Stéréographe 3D). 
Pendant le tournage de Hugo Cabret, Demetri était assis devant un moniteur avec ses lunettes 3D, télécommande à la main. On aurait pu croire qu'il jouait à un jeu vidéo, alors qu'en fait il commandait les deux lentilles de la caméra 3D en direct ( par opposition au simple relief, qui est ajouté par la suite dans un studio d'effets spéciaux). En modifiant les déplacements des lentilles, Demetri contrôlait la profondeur que la scène était supposée avoir. "Un bon film en 3D devrait vous donner l'impression de plonger chez quelqu'un en regardant par la fenêtre de la cuisin. Il faut que vous puissiez vous dire qu'il suffirait de tendre le bras pour toucher les objets. Comme pour n'importe quel autre bon film, les images doivent vous captiver et vous enthousiasmer."

( Les secrets du tournage de Hugo Cabret - Brian Selznick)



Aucun commentaire: