18/09/2012

Le temps du jeu - au théâtre



"Depuis toujours on court après le temps perdu, celui de l'enfance. Celui du jeu. "

8 commentaires:

alex a dit…

Ce petit film à changé mon regard sur cet artiste, je n'imaginais pas que les répétitions au théâtre puissent se passer ainsi pour elle , d'une manière aussi sauvage
elle déploie une force, une violence qui fait peur. Merci pour cette redifusion que j'avais loupé.

helenablue a dit…

C'est, c'est, c'est... les mots me manquent!
Quelle artiste!!

Laure K. a dit…

@Alex

J'ai trouvé cet extrait du documentaire de Serge Toubiana bien différent de l'émission Empreintes. Un autre regard, une autre approche, et une autre "confiance", même rare je dirais, de voir la comédienne en répétition dans sa loge, dans l'apprentissage de son rôle. Pour moi, là, oui c'est un risque que d'accepter d'être filmé dans ces moments-là. Et puis ce rôle de Médée, et puis ce que c'est de jouer un rôle au théâtre par rapport au cinéma, elle en parle bien:

"Le théâtre c'est comme un hold-up. On est dans un espace émotionnelle si dense qu'on ne veut pas ou qu'on ne peut pas en sortir".

D'ailleurs de voir cet extrait, ça m'a donné envie de lire Médée, enfin. Il est donc sur ma table de chevet.

Cette comédienne, je l'ai complètement vu, pour la première fois - vu avec intérêt je veux dire - dans le film Amateur d'Hal Hartley. Film pas très connu, mais réalisateur incroyable dans son sens de la mise en scène, pas du tout "naturel", avec des cadrages surprenants, des ambiances de scènes que j'ai aimé comme on aime un tableau, peut être un peu du style d' Edward Hopper. Des coloris des vêtements jusqu' à la direction des acteurs, une façon de se mouvoir et de parler, de se regarder. J' ai tout aimé de son film, c'est un univers qui résonne, qui m'a fait entrevoir une manière de représenter une histoire de façon très personnelle et maîtriser au millimètre, jusqu'à la bande son dont il a signé la musique avec son groupe. Mais le théâtre, oui, aussi, passionnément.

Laure K. a dit…

@Helenablue

Le théâtre est le lieu de la parole par excellence, Héléna. Il faut un texte, une interprète, et une intention commune avec un metteur en scène, sur le fil du rasoir.

"Ce qui est sûr c'est qu'on ne se réveille pas un matin en se disant "je veux être une actrice", car en fait "actrice" on l'est depuis toujours,depuis toujours on court après le temps perdu, le temps de l'enfance, celui du jeu."

Laure K. a dit…

et celui du Je.

Laure K. a dit…

http://www.youtube.com/watch?v=eWpoP_f53PA&feature=relmfu

helenablue a dit…

J'ai toujours eu une attirance forte pour une expérience de ce genre... Souvent je me dis que le métier que j'exerce est proche de celui des planches sans texte pré-établi mais en voyant ce petit film, j'ai pris conscience qu'il y aurait bien plus à offrir...

Laure K. a dit…

@Hélénablue
Oui, je le crois aussi. Il faut s'en donner les moyens. Et abattre et franchir le pas, il faut essayer. Je ne sais pas encore comment, mais ça s'affine.