25/09/2011

Nocturne



Entends, entre les notes du pianiste, ces élucubrations-vibrations,  là, s'y dissimule la plus petite d'entre nous. Elle requiert attention et écoute, elle bouffe la vie, veut savoir mais pas apprendre.
-"Dis maman à quoi ça sert tout ça si l'on ne peut en jouir ?"
De la vie... 
-"Je ne sais pas, mon petit coeur, à quoi ça sert tout ça... si ce n'est, vois-tu, d'avoir la beauté d' une nocturne de Chopin traversant un instant sa vie. Presque ça suffit.
Je sais, tu la trouves triste cette musique. Moi, non.
Tu peux aller jouer, va..."

4 commentaires:

laurence a dit…

Chaque age a ses plaisirs...et les plaisirs évoluent au cours de la vie...pour retourner souvent à leur origine... quelque part dans ce mystérieux lieu ou se trouve l'empreinte...

le bourdon masqué a dit…

ongulaire préhension dans ces angulaires appréhensions.
Bzzz...

Laure K. a dit…

@Laurence
l'empreinte, l'empreinte... l'emprise aussi ?

Laure K. a dit…

@Le bourdon
Joli, joli !