06/08/2012

L' île

"Mais pour en revenir aux vieux mots d’amour… je crois que l’art est le meilleur et peut-être le seul gardien de l’histoire et que, même si les moyens d’échange entre les êtres humains vont passer du langage à quelque dégagement d’ondes, à des signaux lumineux qui exprimeront avec plus de vérité directe nos sentiments et nos pensées que ne le font les mots, qui les travestissent et les masquent…, je crois que la parure des mots restera le fond nécessaire, l’expression de la vérité plus vraie que la vérité elle-même (…) je plaide la survivance des mots d’amour, … "


                           Luna-Park, d'Elsa TRIOLET

15 commentaires:

Guillaume Lajeunesse a dit…

Très beau!

MakesmewonderHum a dit…

Vieux mots d'amour?
Vieux, comme ça?

http://www.youtube.com/watch?v=j9Zw4LeSt2w&feature=related

Faut bien que j'me repose un peu de mes vacances, sinon dans quel monde vivons-nous?

Yvan a dit…

C'est beau.
Je plaide aussi leur portée
dans le temps.
Merci.

alex a dit…

"passez- moi le mot
Merci
je tiens laclef
le verrou se remet à tourner comme unelangue
Donc"
etrait de "Serrure de sureté
aragon

le bourdon masqué a dit…

coucher des mots pour de l'amour,ce besoin de preuves.
Matérialiser un sentiment pipeau,pipolaki pour ceux qui veulent le porter.
Bzzz...

Laure K. a dit…

@Le bourdon
Allez donc polléniser vos ondes ailleurs que sur mes "plates" bandes, dans ce cas.

Laure K. a dit…

@Alex
comme une langue, oui

Laure K. a dit…

@Yvan
Je le crois aussi. Ce texte est magique de pleins de bonnes ondes.

Laure K. a dit…

@MakesmewonderHum
mmh vous êtes bien trop subtil pour moi en période de farniente. Je ne comprends rien à cette chanson.
:-)

Laure K. a dit…

@Guillaume Lajeunesse
n'est ce pas ?
Et le livre est un passionnant roman d'aventure:

"Des lettres d'amour. Plusieurs expéditeurs, une seule destinatrice. Invisible et présente. Un poète, un homme d'Etat, un journaliste, un grand savant... et tant d'autres essayent de la suivre dans ce qu'elle appelle son 'Luna Park', avec des attractions terrestres et célestes. Qu'est ce que les hommes lui trouvent donc à cette Blanche Hauteville ? Peut-être pressentent-ils chez elle un sens de la grandeur. Elle risque sa vie comme un homme. Comme une femme. Car, de nos jours, Icare est femme. Elle va avec ses pauvres ailes, chercher la connaissance dans le bleu du ciel, la vérité dans les puits de la terre, parcourant de blêmes paysages lunaires et désertiques... Blanche Hauteville appartient à l'âge de nylon, elle ne peut ni accepter, ni admettre la continuation d'un cruel âge de pierre dans notre monde civilisé."

le bourdon masqué a dit…

adios.

Éric McComber a dit…

Je plaiderais même pour les mots tout court. Évidemment.

La Rouge a dit…

L'art est un miroir, un chemin rêvée. Je ne crois pas aux vérités, elles sont éphémères et il doit en être ainsi afin que la pensée se meuve.

Texte magnifique et je ne connaissais pas cette dame. La liste des découvertes s'allonge encore et encore et c'est tant mieux.

Laure K. a dit…

@Eric Mc Comber
A l'évidence.

Laure K. a dit…

@La Rouge

Elsa Triolet, épouse d'Aragon, sans cesse remémorer dans un "à côté de" l'écrivain et pourtant bien du talent à être de son temps.

:-) Tant mieux, oui, partageons...