13/02/2013

           La Nuit Américaine

On imagine toujours les autres.
On les devine.
On les rêve parfois.
On imagine toujours les autres.
On en oublie de se penser soi.
Qui est cet autre que tu fais vivre en toi?
On le maquille et on l’habille.
Il se prête, et on le pose.
On le suppose, on s’en inquiète.
Mais qui est l’autre ?
Celui que l’on ne connait pas ?
On le décore, on l’enjolive,
On déplace la lumière ,
Hors champ ou en gros plan.
Zoom arrière, en contre-champ.
On le raccorde, on le séquence,
On synchronise ses répliques.
Quel est le bon angle,
Hors caméra ?
On le figure et on le file.
Qui sont vraiment les autres?
Ceux que l’on croise,
Avec qui on s’entrecroise ?
Ceux avec qui on se place,
Ceux avec qui on s’entrelace?
Que voit l’autre? Celui que tu regardes.
Quel est ce film que tu ne verras pas?
On l’invente on le dessine
On le caste et on l’adapte,
On le censure bien des fois.
Qui est cet autre que tu fais vivre en toi ?
Une nuit américaine en plein soleil ?
Ou juste ta propre mise en scène ?
Quel est cet autre, dis moi ?


 La Nuit Américaine - Astrid SHRIQUI GARAIN -



7 commentaires:

Guillaume Lajeunesse a dit…

Magnifique poème ! Je l'ai accueilli et interprété dans mon monde mental avec plaisir :-)

La Rouge a dit…

Oufs! Une beauté.

Mokhtar El Amraoui a dit…

Merveilleux cinépoème, chère Astrid.
L'autre , comme dans une diégèse filmique est une perpétuelle découverte qui nous permet, le plus souvent aussi, une autoscopie. Une relation est toujours pleine d'inattendus et d'imprévus.

Astrid SHRIQUI GARAIN a dit…

Merci Laure, Guillaume, La Rouge, Mokhtar,
Merci à vous de porter mon regard.Je prendrai soin du vôtre! Amitiés. Astrid.

La Rouge a dit…

Laure, j'ai partagé... trop de beauté dans ce poème. Merci.

alex-6 a dit…

C'est ça que j'aime dans certains blogs, c'est de nous faire découvrir des blogs où dire signifie quelque chose qui donne à voir, à pousser encore plus loin sa réflexion. grace à ta découverte j'ai ajouter son blog dans mes favoris

Laure K. a dit…

@ A Vous tous -

Un ensemble de présences

Au royaume des intervalles

Affine l'amour.



merci Astrid de ta belle présence poétique et lumineuse.
La partager allège le temps.