18/03/2013

Oui



"Ces doigts arachnéens, dans le dernier film, qui se métamorphosent en fantômes promenant les distensions/ distorsions d’une peau offerte au ciel du roucoulement de la voix dansante d’Hélènablue ; le scalpel est mis en veilleuse mais, toujours là ! Pour une dissection, apparemment tout en douceur !"

Mokhtar El Amraoui

6 commentaires:

Astrid SHRIQUI GARAIN a dit…

http://www.youtube.com/watch?v=1cDA4z8tRK0

rimes croisées, rimes embrassées. Tous les poèmes s'écrivent à quatre mains.

Mokhtar El Amraoui a dit…

Ah! Merci de rappeler ce texte que j'ai écrit avec beaucoup d'implication explosive sur ton cinéma ,sur toi et Blue! D'après ce que je vois, il n'a pris aucune ride parce que j'aime vraiment ce que vous faites toutes les deux et puis vous m'avez facilité la tâche avec votre accueil si généreux. Je n'oublierai jamais ces moments si forts,si intenses.D'ailleurs, ils sont encore bien vivants dans vos deux bijoux de blogs! Merci pour tout!

Astrid SHRIQUI GARAIN a dit…

"D'un enfant qui oublie le statut de l'enfance, l'on dit : il répond. Répondre, c'est la maturité de la question. "Maurice Blanchot - L'entretien infini.

Laure K. a dit…

@Astrid

Très beau. Merci du partage Astrid, que j'écoute avec fort retardement, mais apprécié d'autant.

Laure K. a dit…

@Mokhtar

Tes mots sur la violence de la douceur me sont revenus très vite. Merci à toi, Mokhtar de me les avoir transmis.

Laure K. a dit…

@Astrid

oui, certainement c'est cela.
:-)