19/04/2011

L'abécédaire de Pierre Bergé


Grand honneur également sur Vogue.fr



Vignette A l'occasion de l'exposition "Rive Gauche", Pierre Bergé a répondu aux questions du Cabinet des Curiosités, sous la forme d'un Abécédaire, et nous fait découvrir un Yves Saint Laurent intime.
"Cet Abécédaire YSL par Pierre Bergé" a été pour Laure Kalangel (la réalisatrice), mon ami et directeur artistique Pierre Violet (l'homme par qui tout fut possible), et moi-même, une véritable ambition historique, un témoignage entre deux destins extraordinaires.


"Un abécédaire volontairement non exhaustif, pour laisser se dessiner en pointillés les lignes de forces d'une personnalité scintillante et noire,
la sensibilité d'un créateur de génie, flirtant avec anges et démons, art et création, un révolutionnaire du style, et un amoureux  dans l'âme...

Grande émotion que de pénétrer dans le bureau d' Yves Saint Laurent, de se laisser imprégner par les détails d'une vie accomplie,
et capter la parole de Monsieur Pierre Bergé, son compagnon de vie, le seul à pouvoir en évoquer l'altitude, la souffrance et la grâce.
Un moment rare et précieux, qui m'a donné goût à la lecture des "Lettres à Yves", où se délient les fondements de cet amour-là, bien au delà de la gloire."


Laure Kalangel

NB: merci à Michel Plamondon aka Le Plumitif de m' avoir accorder quelques unes de ces mélodies.

16 commentaires:

LN a dit…

On aimerait que cela dure beaucoup plus longtemps...excellent moment Laure, qui, non seulement nous "rapproche" de Yves Saint Laurent mais nous fait également découvrir Pierre bergé.
C'est lui que j'ai vu au travers de ses propos sur YSL, son regard sur la vie, son sens de la formule, sa finesse d'esprit, sa lucidité...celle qui permet d'avancer, de construire, au-delà des peurs...

laurence a dit…

A ce personnage assez hautain qui est Pierre Bergé ta caméra donne donne tout à coup quelque chose de vulnérable et d'humain... a cette immense figure de la mode tu laisses le mystère et la magie. Il y a chez toi ce regard attentif qui préserve les finesses des "voyageurs voilés"...et tu as joué avec eux comme si c'était ton ombre...

bizak a dit…

YSL est un nom fabuleux, mythique déjà de son vivant! Je suis particulièrement sensible pour ce grand personnage né dans mon pays, l'Algerie, qu'il quitte en 54 au début de la guerre, pour y revenir en 58, combattre et piquer une dépression nerveuse, car bouleversé par cette guerre. Pierre Bergé, son compagnon de toujours,a tenté, par quelques mots, de nous résumer sa vie trés riche, ses souffrances, ses martyres et je saisis vers la fin quelques mots , Laure, sur la sexualité: Il n'y a pas de création sans sexualité.Et moi, j'ajouterai, sans amour, aussi, il n'y a pas de création!

helenablue a dit…

J'ai ressenti la même chose que Laurence, ton regard rend cet homme plus humain que je ne l'imaginais...

Laure K. a dit…

@LN
mieux vaut trop court que trop long, LN
thanks

le bourdon masqué a dit…

vu et apprécié, non loin d'ici.

Laure K. a dit…

@Laurence
Je te remercie Laurence, je suis très touchée par ton commentaire sur ce sujet. Sincèrement.

Laure K. a dit…

@Bizak

Oui, l'Algérie la naissance à Oran, puis appeler sous les drapeaux qui lui vaudra une dépression et à son retour d' être "laché" par la maison de Christian Dior...

...l'amour de préfèrence avec un grand A.comme absolu.
:-)

Laure K. a dit…

@Helenablue

est-ce parce que j'étais ignorante ?

Serais je capable comme Lenni Riefensthal de trouver de l' humanité
même dans le plus monstrueux des hommes ? je crois que non.

Laure K. a dit…

@le bourdon
Merci
bzzz

laurence a dit…

Laure, la question n'est pas celle là et me semble hors de propos...Les grands directeurs d'acteurs jouent lors de la construction des roles avec la mise en évidence des contraires chez un même personnage ce qui permet de donner une épaisseur, une humanité mais ils savent toujours ou ils se placent par rapport à ces visons... il me semble que Lenni Riefensthal avait perdu cette cohérence et ce recul ce qui rend son discours finalement assez primaire...et univoque...

helenablue a dit…

Peut-être... Disons que tu étais sans à priori, donc tu l'as vu tel qu'en lui-même avec sa part d'ombre et sa part de lumière. On se fait tellement vite une idée de quelqu'un!
je crois qu'au-delà de ton regard c'est toute ta démarche artistique qui te donne cette qualité rare, le fait de devoir décortiquer chaque image, de devoir leur donner un sens les unes collées aux autres, un sens et un mouvement aussi, un rythme. Ton travail de montage t'oblige à aiguiser ta vue et sans doute aussi ton objectivité, un peu comme doit le faire un écrivain, cette sorte de regard sur son propre regard, pour moi c'est de même nature, et c'est pourquoi le résultat est tel qu'il est, en partie parce dans chaque être il y a une humanité que tu t'organises à percevoir et à rendre mais aussi parce qu'elle te touche et qu'au travers du portrait de YSL par PIerre, il y a le portrait d'une partie de toi en filigrane, c'est ce qui fait , à mon sens toute la puissance artistique de ce que tu nous offres.

Pour Lenni, je ne connaissais pas avant aujourd'hui cette femme, je ne peux me prononcer sur son travail, comme en parle Laurence. le peu que j'ai pu voir en survolant le lien que tu as mis, c'est plutôt une jolie femme, son travail a probablement trouvé écho auprès de ses thèmes qui l'ont marquée parce que ça résonnait dans une partie d'elle-même.

Je pense te connaître suffisamment pour pouvoir dire que non, ça ne te serait pas possible, parce que ça ne te correspond pas.

Dans une conversation courriel avec Sandra Gordon, on a parlé longuement de Tchékov, elle lisait un livre de lui, ou plutôt un livre sur lui, oui, c'est ça. Et j'avais souligné cette phrase, dans ses conseils concernant l'écriture: parle juste de ce que tu sais, il ne faut pas mentir. Ton travail de monteuse et de réalisatrice, me^me dans un cadre contraignant comme celui-ci, un cahier des charges lourd, un choix d'images imposées, pas une liberté totales de mouvement ou d'expression de sa sensibilité, et bien il en ressort que tu n'as pas menti, tu es resté toi-même et plus encore tu as mis de toi-même au service de l'autre. c'est ce qui donne toute sa force à ce film, je trouve, en plus des propos de Bergé, et de ses images troublantes et émouvantes d'yves Saint Laurent en pleine création.

j'avoue que j'aime aussi cette idée de l'abécédaire, un choix de mots pour tenter de comprendre un homme et de plus un artiste... j'ai beaucoup aimé le propos de Bergé sur la mode, disant qu'elle n'était pas un art mais qu'il lui fallait être crée par un artiste, c'est tout le paradoxe de ce monde d'ailleurs , moi qui le côtoie de près!

Belle vacances bien méritées grande âme!
A bientôt.
Helena

Le plumitif a dit…

Je veux juste ajouter quelques mots pour dire que, pour l’avoir vu et revu à plusieurs reprises, j’en reste finalement ébloui de cet abécédaire éclair! Autant j’ai au départ déploré que ce soit aussi court et que tu n’aies forcément pas eu tout l’espace qui te permette d’user à sa pleine mesure de la finesse de ton regard sans pareil, autant je suis impressionné par la densité et l’humanité qui se dégage de l’ensemble. Il m’en reste plein d’images et de réflexions d’une étonnante richesse pour un film aussi court et sur un sujet dont, je dois l’avouer, je n’aurais pas cru qu’il soit capable de me toucher autant. Alors c’est moi qui te remercie de m’avoir permis, en quelques notes, de me trouver ainsi subrepticement associé à ce petit bijou!

helenablue a dit…

Au fond ce sujet touche parce qu'il parle au delà de la mode de la relation et de la création, et de l'osmose des deux!
J'ai trouvé ça super qu'il y ait un bout de toi dans ce montage, Plumitif, au fond ça te ressememble un peu aussi!

Le plumitif a dit…

Voilà qui est bien sympa comme commentaire Blue! Et c'est bien vrai que je m'y sens chez moi finalement, d’une certaine façon, dans cet univers où création et rencontre des êtres sont en osmose…

Laure K. a dit…

merci à toi Blue pour cette analyse sensitive, et merci aussi au Plumitif... je ne reviendrais pas sur ce travail. Une page est tournée.

Merci à vous.