03/06/2013

A bas bruit- Avant goût


Cette bande annonce là.
Avec cette parole là, la voix de cette actrice là. Le choix de l'épure.
Cette bande annonce là, parce que les marguerites. Cette envie de les laisser entrer dans son champ de vision, de laisser le vent les faire se courber, se redresser, les laisser se perdre dedans le cadre, les laisser nous sussurer de prendre le temps avec elles. Cette notion de temps que la photographie n'a pas. Un tableau mouvant d'où nait, des mots, dans le silence.
Marguerite aussi, parce que Duras. Pas très loin dans l'écriture de ce film. Scénario ouvert vers cette écriture et écriture filmique, montée, composée sans doute avec ce même souffle. Ce même rythme.
Il y a là une exigence à être au plus prêt. J''aime quand on sent l'écriture et les raccords parce que c'est signé et significatif d'un regard.

Ha, je vois déjà les adeptes du divertissement détournant le regard d'un cinéma qui se veut trop conceptuel. Ho, non, non, ça m'ennuie d'avance. Bon. N'allez pas voir ce qui vous donnerait à penser autrement le cinéma, qui met en scène autrement la parole, qui donne à entendre et à voir autrement. C'est vrai, c'est chiant de pas savoir où on met les pieds. En plus ça à l'air d'être sérieusement intello.
Ah bon ? - pas vrai, je dis. Je parie. Pas encore vu.

Avoir de l'appétit pour des cuisines exotiques revient au même. On ne peut pas forcer la curiosité, on peut juste vous suggérer ce qu'en est le manque.
Moi j'aime d'avance, avant même d'y avoir goûter. Sensation familière. Sensation d'un langage différent, et ça me plait. C'est tout. Juste par cette bande-annonce.

Un film dont la durée de vie ( projection en salle) sera à peine la durée de vie de celle d'un papillon, sans votre présence du 6 au 20 juin à L' Espace St Michel à Paris. ( ici, autres lieux et dates)

Voilà, je soutiens A BAS BRUIT parce que cette histoire de cinéma là me touche. En marge des exploitations tonitruantes. Le 7ème art, avant d'être art, divertissement et industrie est aussi/surtout une Expression, non ?
Evidemment ce serait plus alléchant avec 300 couverts posés sous un barnum de la côte cannoise...
Mon avis que ce film là est bien plus raffiné que du homard.





8 commentaires:

alex-6 a dit…

ca me rappelle les difficultées à intégrer jadis l'art minimaliste et les films qui émanaient des poetes. La je ne vois pas beaucoup l'innovation? j'aime les films d'arts et d essais quand ils apportent un regard nouveau, une façon nouvelle de construire le cinéma de demain, même si on n'a pas des millions d'euros de budget

Laure K. a dit…

@Alex
Innovation ?
Quel drôle de terme, moi je vous parle d'expression,je ne vous parle pas innovation.
Vous avez dû voir beaucoup de films inovants alors où l'actrice est mis en scène dan la lecture même du scénario.
Ne jugez pas trop vite, Alex. Que la bande annonce ne vous "tilt" pas, soit. Chacun ses goûts.
Mais pour quelqu'un qui passe son temps libre à écrire sur l'ensemble des productions cinématographiques, je vous trouve un tantinet limité là.

anne des ocreries a dit…

Il ne passera sans doute même pas, ici. Mais on saura au moins qu'il existe....

Laure K. a dit…

@Anne
oui.

@Alex
J'aimerai bien que vous m'éclairiez sur ce qu'est pour vous un "regard nouveau", ALex.

alex-6 a dit…

d'abord j'essaie de ne pas émettre de "jugement"même lorsqu'il s'agit de cinéma
mais pour répondre sur ma façon, personnelle, de concevoir le cinéma nouveau Voici ma réponse
si tenté que je puisse apprendre quelque chose à la pro du cinéma que tu es:
"pour moi le "cinéma nouveau" ne doit pas se contenter de faire de la représentativité pour imiter la réalité. Il doit sortir le film de l'art de la représentativité pour être à la fois esthétique et social. Il doit devenir un objet socialement justifié par sa forme, son contenu et sa destination, de façon à rester un art populaire.
On doit pouvoir se servir de la technologie pour produire des formes visuelles intérieures et extérieures. Utiliser sa complexité fonctionnelle pour informer sur les dimensions sociales et spatio-temporelles.
Le film du nouveau cinéma doit être comme un roman fait de fragments qu'il faut convertir dans la continuité linéaire du récit qui est charhé de faire parler les images. Ce cinéma doit dire le monde qui n'existe pas encore en tant que réel pour apparaitre comme une force de réflexion sensitive qui peut aider à développer une psychologie de l'intelligence qui dépasse le divertissement."
Voilà c'est un peu long désolé
amitié

Laure K. a dit…

@ALex

merci

Alex-6 a dit…

pour prolonger ce que je disais par un exemple, j'ai rajouter sur mon blog un commentaire sur le fille: " la fille du 14 Juillet".

Laure K. a dit…

@Alex

et bien, Alex! vous devriez donc tout à fait être à point pour apprécier le film "A bas bruit" si telle est votre thèse.

Maintenant si vous êtes plutôt fan de genre "comédie" pour décliner ce qui est énoncé ci-dessus... effectivement... je m'incline.